« Le sous-marin nucléaire lanceur d’engin (SNLE) Le Téméraire a tiré avec succès un missile balistique stratégique M51 au large du Finistère, déclare Florence Parly, ministre de la Défense. Cet essai démontre notre excellence technologique et notre attachement à la souveraineté française », tweet de madame Florence Parly, ministre des Armée, le 12 juin 2020.

·         Contrôle de pêche au thon rouge dans les Baléares pour le BSAM Loire

Depuis fin mai, l’équipage B du bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain (BSAM) Loire, renforcé de trois plongeurs de bord et d’un inspecteur ICCAT (acronyme anglais de la Commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique), participe à la surveillance de la campagne annuelle de pêche au thon rouge. Preuve du succès de ces campagnes de surveillance, les quotas de capture ont encore été augmentés de 10% cette année, tandis que le stock continue à se reconstituer.

Eu égard le contexte sanitaire actuel nécessitant de protéger les marins, les marins-pêcheurs et les inspecteurs, la Marine nationale s’est adaptée pour être en mesure d’assurer la continuité des opérations. Des procédures de contrôle de pêche sans contact ont ainsi été mises en œuvre et ont permis un déroulement normal de cette mission. Les plongeurs intégrés à l’équipage ont pu pleinement exploiter les capacités de la Loire puisque le soutien à la plongée humaine fait partie intégrante des missions des BSAM.

Cette année le bâtimenta été déployé dans les Baléares où les quotas de capture ont été atteints en 10 jours avec notamment une calée (fermeture des filets autour d’un banc de thon) de 3500 thons pour 540 tonnes.

Pour mémoire, la police des pêches est une mission de l’Action de l’Etat en mer qui s’exerce dans un cadre interministériel et européen. Elle vise à garantir la souveraineté de la France en mer et à protéger les ressources halieutiques. De nombreux moyens sont engagés, dont la Marine nationale qui représente l’acteur majeur de l’Action de l’Etat en mer dans son segment hauturier.

·         Premier franchissement du cercle polaire Arctique pour l’équipage B de l’Aquitaine

Après avoir participé à un exercice de lutte anti sous-marine en océan Atlantique, l’équipage B de la frégate multi-missions (FREMM) Aquitaine est désormais déployé dans le Grand Nord. 

Ce déploiement est singulier pour l’équipage qui connaît sa première mission opérationnelle depuis sa création en août 2019, après un cycle de qualifications. A cette occasion, il a franchi le parallèle symbolique des 66°33’N : le cercle polaire arctique. 

Zone maritime d’intérêt stratégique, le Grand Nord constitue un espace convoité. Ce déploiement s’inscrit dans une logique de maintien de la liberté d’action de la France dans les eaux internationales, et de sa capacité de connaissance autonome. Il permet notamment d’entretenir et de densifier les relations avec les alliés riverains de la zone Atlantique à travers des exercices bilatéraux améliorant notre connaissance mutuelle et fluidifiant nos procédures de travail. Ce déploiement en Atlantique Nord contribue enfin à améliorer la connaissance de ce théâtre et de ses spécificités, tout en affirmant le statut de puissance maritime de la France.

·         Commémoration de la bataille de Narvik : l’Aquitaine porte haut les couleurs françaises

Au cours de son déploiement en Atlantique Nord, le 28 mai 2020, la frégate Aquitaine a effectué un mouillage en baie de Narvik. Elle a  porté les couleurs françaises à l’occasion du 80ème anniversaire des commémorations de la bataille de Narvik, aux côtés de la frégate HNoMS Thor Heryerdal et du patrouilleur norvégien KV Hardstat. Cette bataille a historiquement marqué la volonté des Alliés, au cours de la campagne de Norvège, de couper la route d’approvisionnement en fer de l’Allemagne nazi pour satisfaire ses fins militaires. La manœuvre a tout d’abord permis la reprise par les Alliés de la région de Narvik avant d’envisager un rembarquement eu égard au contexte militaire de la bataille de France.

Après des commémorations à terre, auxquelles les marins n’ont pu assister du fait du contexte sanitaire, l’équipage de la frégate, aux côtés  du HNoMS Thor Heyerdal, a effectué un poste de bande lors du dépôt de gerbes par le KV Hardstat sur les lieux des épaves des bâtiments engloutis, en mémoire des marins norvégiens, britanniques, polonais et allemands disparus au combat.

Vivez marin !

·         Découvrez le court-métrage de l’Institut audiovisuel de la principauté de Monaco, concernant le déminage du port hercule par les autorités maritimes Monégasques épaulées par la Marine Française. Ce court métrage retrace  minutieusement les quelques moments forts de cet événement tombé aujourd’hui dans l’oubli, le film nous étonne par la composition saisissante de ces images : https://www.monacochannel.mc/Chaines/Institut-audiovisuel-de-Monaco/Videos/Instantane-Monaco-en-films-Le-deminage-du-port-de-Monaco.

·         Plongez dans vos assiettes avec l’article du CC (RC) Sébastien Abis, « Pour une souveraineté alimentaire solidaire de la France », paru dans l’Opinion en mai. (en PDF)

·         Interrogez-vus sur les enjeux cyber dans le domaine de la stratégie navale et des évolutions des marines, avec la note du LV (RC) Nicolas Mazzuchi : https://www.frstrategie.org/publications/notes/cyber-domaine-particulier-pensee-navale-2020 

·         Explorez « les nouvelles frontières de la défense », avec l’étude réalisée par les étudiants de la Sorbonne et d’Assas, sous la direction de Tristan Lecoq (en PDF)

Votre mission

·         Suggestions et recensions d’ouvrages pour « tout bon marin » : Nous cherchons à dresser une liste des ouvrages que « tout bon marin » se doit de lire (roman, recueil de poèmes, recueil de photos, etc… ) et sommes preneurs de vos idées !

Retrouvez le message de l’amiral Prazuck, chef d’état-major de la marine, aux marins à la suite de l’incendie de la Perle : https://twitter.com/MarineNationale/status/1272916844417032192?s=20

·         Commémoration du 80e anniversaire de l’appel du 18 juin 19740 : « La flamme de la Résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas » : il y a 80 ans, le général de Gaulle appelait sur les ondes de la BBC les Français à continuer le combat au nom de « l’honneur, la dignité et l’indépendance de la France ». Dans des circonstances bien différentes, cet appel résonne toujours aujourd’hui : ce sont les mêmes valeurs qui inspirent les marins servant à bord de la frégate Aconit, déployée depuis deux mois en mer Méditerranée.

–          Au Mont-Valérien : Une cérémonie militaire présidée par Emmanuel Macron s’est tenue au Mont-Valérien. Pour l’occasion, 30 marins ont représenté le porte-avions sur les rangs, accompagnés du Capitaine de Vaisseau Guillaume Pinget, commandant le porte-avions. Particulièrement mis à l’honneur en ce 80e anniversaire de l’appel du 18 juin, les représentants de l’équipage du porte-avions Charles de Gaulle ont eu l’occasion de vivre un moment privilégié avec le Président Emmanuel Macron qui leur a réaffirmé tout son soutien et sa reconnaissance pour la mission conduite, dans le contexte de la crise sanitaire liée au COVID auquel les marins du « Charles » ont dû faire face au cours de la Mission Foch.

A l’issue de la cérémonie, une visite du Mont-Valérien, Mémorial de la France combattante, inauguré par le général de Gaulle le 18 juin 1960 et principal lieu d’exécution de résistants et d’otages en France par l’armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale, a été proposée aux marins. A cette occasion, les marins ont pu se recueillir dans la clairière des fusillés, à l’occasion d’une cérémonie au cours de laquelle un matelot du détachement a lu une lettre d’Honoré d’Estienne d’Orves, écrite le 28 août 1941, la veille de son exécution au Mont Valérien par l’armée allemande à son ami Paul Fontaine. Ils y ont également déposé une gerbe de fleurs sur la stèle d’hommage aux morts, avec le soutien de la ville de Paris, ville marraine du porte-avions.

–          A bord de la frégate l‘Aconit : Héritière des Forces Navales Françaises Libres (FNFL), cette frégate a reçu son nom de la corvette éponyme des FNFL, remarquée pour ses faits d’armes pendant la bataille de l’Atlantique – elle coula notamment deux sous-marins U-boot en moins de douze heures, dont un en l’éperonnant. Le général de Gaulle décida alors que la Marine aurait toujours un bâtiment nommé Aconit : corvette, dragueur, puis frégate anti-sous-marine et aujourd’hui la frégate de type La Fayette. Cette filiation est rappelée par la croix de Lorraine sur le pavillon, ainsi que sur l’uniforme des marins de l’Aconit qui portent deux fourragères symbolisant l’Ordre de la Libération et la Croix de Guerre 1939-1945.

C’est au cours d’une opération en Méditerranée centrale que ces fourragères ont été remises aux nouveaux embarqués à bord de l’Aconit après la lecture de l’Appel, comme le veut le cérémonial de l’Ordre de la Libération. Parmi eux, la fierté des jeunes marins est évidente, comme pour le second maître Stanislas, détecteur au central opérations, ou la matelot Cyndia spécialisée dans la restauration. Une entrée mémorable dans la Marine : à leur tour, les voici membres d’une lignée de marins dévoués et compétents, dont l’engagement sur toutes les mers au service de la France n’a pas faibli depuis 80 ans.

·        GABIAN 20.2 – exercice réussi :

Du 15 au 19 juin 2020, un nouvel exercice GABIAN 20.2 regroupant 9 bâtiments de surface ainsi que les flottilles 22F, 31F, 35F, 36F, et l’escadrille 22S s’est tenu en mer méditerranée.

Parmi eux, étaient présents les frégates multi-mission (FREMM) Provence et la frégate italienne Margottini, les bâtiments de commandement et de ravitaillement (BCR) Var et Marne, les patrouilleurs de haute mer (PHM) CDT Ducuing et CDT Bouan, les chasseurs de mines tripartites (CMT) Orion et Lyre, ainsi que les bâtiments bases de plongeurs démineurs (BBPD) Pluton et Achéron.

Cet exercice de haute intensité a permis d’entraîner les équipages des bâtiments de la Force d’action navale et des flottilles de la Force de l’aéronautique navale afin de maintenir leurs compétences opérationnelles en vue de leurs prochaines missions.

Ce GABIAN 20.2 intervient trois semaines seulement après la précédente édition qui avait déjà regroupé une dizaine de bâtiments toulonnais. Après le ralentissement de l’activité organique induit par l’épisode de COVID -19, ces deux enchainements intenses d’exercices mutuels ont permis de retrouver un excellent niveau de préparation opérationnelle pour l’ensemble des unités de surface et des flottilles varoises disponibles.

·         La mission Jeanne d’Arc en entraînement avec la marine italienne :

Du 16 au 18 juin 2020, le porte-hélicoptères amphibie Mistral et la frégate de type La Fayette Guépratte ont pris part à la période d’entraînement avancé Addestramento di Reparto de la marine italienne dans le golfe de Tarente, au profit du groupe aéronaval italien. Pas moins de sept bâtiments étaient engagés, dont le porte-aéronefs Cavour et quatre frégates de premier rang italiennes.

Pendant trois jours, les bâtiments se sont entraînés conjointement dans les différents domaines de lutte : anti-surface, anti-aérienne et anti-sous-marine. L’entraînement comprenait également des manœuvres aviation croisées avec l’une des Gazelle du 3ème Régiment d’Hélicoptère de Combat de l’armée de terre et un hélicoptère Merlin de la Marine italienne. Par ailleurs, les journées d’exercice ont été rythmées par des entraînements à la manœuvre avec des présentations pour ravitaillement à la mer et des exercices d’évolutions tactiques en force constituée. L’interaction s’est achevée par un mouillage en formation au large de Tarente.

La participation du groupe Jeanne d’Arc à cet entraînement national de la marine italienne a permis de renforcer l’interopérabilité avec l’un de nos principaux partenaires en Méditerranée. Les deux pays sont également membres de la Force Maritime Européenne (EUROMARFOR), avec l’Espagne et le Portugal, sous commandement français depuis le 19 septembre 2019.

A la fin de ces trois jours d’entraînement, le détachement de l’hélicoptère MH90 italien et ses 14 membres d’équipage, qui avaient embarqué à bord du Mistral pour la mission Jeanne d’Arc le 27 février, ont rallié l’Italie et leur port d’attache.

·          En route vers les premières capacités opérationnelles de l’Atlantique 2 Standard 6 :

Dans le cadre de l’évaluation opérationnelle (EVALOPS) de l’Atlantique 2 (ATL2) rénové au Standard 6, et malgré les conditions sanitaires du moment, le détachement ATL2 du Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S) a réalisé plusieurs semaines d’intenses activités d’entraînements et de qualifications au départ de son nouveau lieu d’affectation sur la Base d’aéronautique navale Lann-Bihoué. Enchainant les vols de luttes anti-sous-marines, antinavires et aéroterrestres, ceux-ci ont permis de poursuivre l’évaluation des nouveaux capteurs mais surtout de former et qualifier plusieurs équipages sur ce nouveau standard. Cette forte activité s’est clôturée début juin par le tir, avec succès, et à seulement deux jours d’intervalles, d’une bombe GBU12 en auto-illumination et d’un missile AIR-MER de combat AM39 « Exocet ».

Après le tir de validation de la torpille MU90 réalisé fin 2019, ces deux derniers tirs effectués par l’équipage d’expérimentation du détachement, permettent de finaliser la campagne « armements » de l’évaluation opérationnelle (EVALOPS) et de franchir de nouveaux jalons importants vers le futur prononcé des premières capacités opérationnelles de l’Atlantique 2 Standard 6.

L’Atlantique 2 est un des rares avions en service au monde conçu spécialement pour la lutte anti-sous-marine armée. Il contribue ainsi à garantir l’autonomie et la sûreté de la Force océanique stratégique, ainsi qu’à protéger une force navale à la mer contre des menaces sous-marines et de surface. Il participe à la maîtrise du milieu aéromaritime sous et sur la surface, de la zone littorale jusqu’au grand large, mais peut également constituer un appui aux opérations aéroterrestres grâce à sa capacité à mener des actions de renseignement et de frappes au sol. La rénovation du système d’armes des Atlantique 2 a pour objectif de permettre un emploi opérationnel de l’avion post 2030.

Plus encore, le standard 6 de l’ATL2 modernisé apportera un nouveau système de combat et des capteurs modernes : radar, optronique et système de traitement acoustique numérique. Les Atlantique 2 Standard 6 sont ainsi équipés d’un nouveau radar utilisant les dernières technologies issues du radar à antenne active du Rafale.

Dans la lignée du plan Mercator qui dessine une Marine en pointe, l’Atlantique 2 Standard 6 permet à l’Aéronautique navale française de revenir dans le cercle relativement fermé des avions de patrouille maritime très performants, notamment en pistage de sous-marins.

Vivez marin !

·         Découvrez le rapport « Les entreprises, actrices d’un océan préservé » (en PJ),  publié lundi à l’occasion de la journée de l’Océan sur l’outil de suivi élaboré avec la Fondation de la Mer (CF (RC) Roux de Bezieux) et le Boston Consulting Group (CF (RC) François Dalens) pour inciter les entreprises à inclure la préservation du milieu marin dans leurs objectifs de développement durable. Un bel exemple d’association entre réservistes citoyens pour promouvoir la défense les Océans !

·         Plongez dans le « Carnet de bord » de Marie Détrée, peintre officiel de la Marine et membre du comité de lecture de l’ACORAM.

Vous en trouverez ici la recension.

·         Découvrez le livre évènement au profit de la Fondation de la Mer, La Mer pour Aventure,  avec les textes inédits de Sylvain Tesson, François Bellec, Loic Finaz, Patrice Franceschi, Olivier Frébourg, Patrick Poivre d’Arvor, Emmelene Landon, Dominique Lebrun et Jean Rolin.

Disponible ici !

·        La seconde édition de la Fête de la Mer et des Littoraux, placée sous le haut patronage du Président de l’Assemblée nationale, se déroulera les 17, 18 et 19 juillet 2020.

L’objectif de ces journées est de favoriser la découverte, la protection et la valorisation de notre patrimoine marin et littoral. C’est pourquoi cette année quatre thématiques seront mises en avant : 

–         “Plages sans plastique” ~ Sensibilisation du public grâce à des actions de collecte sur les plages des communes volontaires. 

–         “Plages dynamiques” ~ Découverte de la pratique des sports nautiques et encadrement sécurisé grâce à des actions de prévention et de sensibilisation.

–         “Vacances apprenantes” ~ Accueil de classes pour découvrir la nature et le patrimoine maritime local. 

–         “Découvertes des milieux naturels” ~ Visites de sensibilisation à la protection du milieu marin et du littoral. 

Toutes les initiatives sont également les bienvenues : expositions, conférences, rencontres, visites d’entreprises… Elles seront labellisées et intégrées au programme national. L’édition 2020 doit pouvoir se nourrir de l’énergie du plus grand nombre. 

Vous trouverez de plus amples informations sur le site internet et sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram).

Laissez un commentaire:

*

Your email address will not be published.